fbpx
Aller au contenu

Comment accélérer la guérison avec l'alimentation?

Comment accélérer la guérison avec l'alimentation?

* Pour vous abonner à notre newsletter et recevoir des articles comme ceux-ci dans votre boîte aux lettres électronique une fois par mois, rendez-vous sur la page de notre Newsletter.

Des questions auxquelles nous allons répondre dans cet article :

  • Quels sont les avantages d’une alimentation saine pendant le traitement du cancer ?
  • Que veut-on dire par « bien manger » ?
  • Que disent les études concernant le rôle de la nutrition dans la lutte contre le cancer?
  • Quels sont les mythes concernant la nutrition et le cancer ?

Les avantages de manger sainement lors du traitement contre le cancer

Il est important de bien s’alimenter lorsqu’on suit des traitements contre le cancer, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, manger sainement permet de prévenir la dénutrition, c’est-à-dire la perte de poids et de masse musculaire rapide et involontaire [1]. La dénutrition affaiblit le système immunitaire, ce qui rend plus difficile la lutte contre le cancer [1].

Bien manger vous donne des forces afin de combattre le cancer et vous permet de mieux tolérer les effets secondaires du traitement [2]. Vous serez aussi de meilleure humeur si vous nourrissez votre corps de façon adéquate [3].

De plus, bien s’alimenter facilite et accélère la guérison en [2, 3] :

  • Réparant les tissus endommagés de l’organisme.
  • Renforçant le système immunitaire.
  • Favorisant le fonctionnement optimal de tous les systèmes du corps.


Puisque l’alimentation saine permet de renforcer le système immunitaire, elle diminue aussi le risque de certains cancers et de récidives [2].

Finalement, les gens qui s’alimentent de façon optimale lors de leurs traitements contre le cancer rapportent une meilleure qualité de vie en général [2, 3]. Ils ont l’énergie nécessaire pour profiter des petits moments de la vie et passer du temps de qualité avec leurs proches. 

Que veut-on dire par « bien manger »?

La définition générale d’une alimentation saine est la consommation d’un apport adéquat de calories, glucides, protéines, acides gras essentiels, vitamines et minéraux. Sans oublier le plaisir associé.

Les calories (énergie)

Il ne faut pas restreindre votre apport en calories lorsque vous luttez contre le cancer. En effet, les calories que vous consommez fournissent à votre corps l’énergie dont il a besoin afin d’effectuer les fonctions essentielles pour combattre la maladie. Ces fonctions incluent notamment la défense immunitaire, la cicatrisation et le renouvellement cellulaire.

L’énergie se calcule le plus souvent en kilocalories (kcal ou Cal), mais certains utilisent les kilojoules [3]. Les macronutriments, soit les lipides, les protéines et les glucides, donnent de l’énergie au corps. Les lipides fournissent par exemple neuf kilocalories par gramme tandis que les glucides et les protéines en fournissent quatre par gramme [4].

Les besoins caloriques d’un individu varient selon plusieurs facteurs. Par exemple, la masse musculaire, la taille, le poids, l’âge, le stress, le niveau d’activité physique et les infections vont tous influencer vos besoins quotidiens en calories [3].

Les personnes atteintes de cancer ont généralement besoin de plus de calories que la population moyenne afin de maintenir leur poids et d’avoir assez d’énergie pour tolérer les traitements [3]. Les spécialistes recommandent aux patients atteints du cancer qui sont en périopératoire de consommer 25 à 30 kilocalories/kg par jour. Les besoins augmentent pour les patients en oncologie médicale qui eux doivent consommer de 30 à 35 kilocalories/kg par jour [1].

Notes sur le risque de sarcopénie (perte de masse musculaire) après une opération chirurgicale: Une perte de masse musculaire et de force se produit chez tous les patients qui subissent un alitement prolongé. Avec un alitement total, les jeunes adultes perdent environ 1% de masse musculaire/jour, mais les personnes âgées en perdent jusqu’à 5%/jour étant donné que les taux d’hormone de croissance diminuent avec l’âge. Il est essentiel d’éviter la fonte musculaire pour favoriser la guérison. Les patients doivent ainsi, dès que possible, s’asseoir dans le lit, se déplacer vers une chaise, bouger, se lever et faire des exercices dès que leur état de santé et le traitement chirurgical le permettent. Des carences nutritionnelles peuvent également contribuer à la sarcopénie. Ainsi, l’apport nutritionnel des patients doit être optimisé. La prise orale doit être encouragée et l’alimentation par sonde ou, rarement, par voie parentérale, peut être nécessaire [21].

Si vous ne consommez pas assez de calories pendant vos traitements, vous risquez de vous sentir faible. De plus, si vous ne fournissez pas assez d’énergie à votre corps, celui-ci ira puiser dans vos réserves de masse graisseuse et musculaire afin de fonctionner, ce qui augmente votre risque d’infections [3].

Les protéines

La protéine est un macronutriment particulièrement important dans la lutte contre le cancer. En effet, le corps dégrade les protéines en acides aminés qui sont ensuite utilisés pour fabriquer et réparer vos tissus abîmés par le cancer et son traitement, comme les muscles, la peau, les cheveux et les os [2, 3].

De plus, les acides aminés servent à fabriquer plusieurs composantes de votre système immunitaire, comme les anticorps et les cellules tueuses naturelles [2, 3]. Ces dernières sont particulièrement importantes dans la lutte contre les cellules cancéreuses [5].  

Les besoins en protéines pour les gens atteints du cancer varient entre 1,2 et 1,5 g/kg [1, 3]. Il est important de varier les sources de protéines, mais il faut savoir que les protéines animales, comme le poulet et les œufs, sont utilisées plus efficacement par le corps que les protéines de sources végétales [3]. Donc, si votre appétit est limité, il vaut peut-être mieux privilégier les protéines animales.

Les acides gras essentiels

Les oméga-3 et les oméga-6 sont les deux acides gras essentiels dont le corps a besoin. On dit qu’ils sont essentiels car le corps ne peut pas les fabriquer et ils doivent donc être obtenus par l’alimentation.

Les oméga-3 font partie de la structure de presque toutes les cellules du corps. Donc, sans consommation adéquate d’oméga-3, la fabrication de nouvelles cellules et de nouveaux tissus devient difficile. De plus, cet acide gras essentiel est nécessaire afin de fabriquer les hormones impliquées dans la coagulation sanguine et le contrôle du rythme cardiaque. Finalement, les oméga-3 préviennent l’inflammation dans le corps [6, 7].

Les oméga-6 quant à eux stimulent la production des cellules de la peau et des cheveux en plus d’être importants pour la santé des os. Ils jouent aussi un rôle dans le métabolisme, soit l’ensemble des transformations chimiques et biologiques qui se produisent dans le corps [8].

Selon les recommandations, il faudrait que 3% et 0,5% des calories totales que vous consommez proviennent des oméga-6 et des oméga-3 respectivement.

Les micronutriments

Les micronutriments, soit les vitamines et les minéraux, ont plusieurs rôles essentiels. Chacun a ses propres fonctions et recommandations en termes de consommation. Une des fonctions les plus importantes de certains micronutriments, comme les vitamines A, C, E, est la fonction antioxydante. Les antioxydants protègent le corps contre les radicaux libres, des molécules qui endommagent les tissus et qui peuvent donc causer l’apparition de cellules cancéreuses [9].

Si vous avez une alimentation suffisante et variée, vous devriez rencontrer vos besoins en micronutriments. Dans le doute, il ne faut pas hésiter à demander l’aide d’un spécialiste de la nutrition qui pourra examiner votre diète et faire les recommandations appropriées. De plus, il faut toujours consulter un professionnel de la santé avant d’intégrer un supplément à son alimentation afin d’en réduire les risques.

Comment accélérer la guérison avec l'alimentation?

Que disent les études concernant le rôle de la nutrition dans la lutte contre le cancer?

Trois aliments ou suppléments font particulièrement jaser dans le domaine du traitement contre le cancer. Selon plusieurs, leur consommation pourrait ralentir ou accélérer la progression du cancer. Mais qu’en est-il vraiment?

Les oméga-3

Les oméga-3 ont bonne réputation dans le domaine de l’oncologie et pour de bonnes raisons. En effet, de nombreuses études démontrent qu’ils peuvent réduire la prolifération et l’invasion des cellules cancéreuses. Ceci ralentit la croissance des tumeurs en plus de réduire le risque de métastases. De plus, un apport adéquat en oméga-3 augmenterait l’efficacité de certains traitements contre le cancer, comme la chimiothérapie [10]. Finalement, la consommation d’oméga-3 combinée à la vitamine E pourrait augmenter la résistance et la durée de survie d’une personne atteinte d’un cancer d’un stade avancé [11].

Le sucre

On entend souvent dire qu’il faut éviter le sucre si on a le cancer, car les cellules cancéreuses l’utilisent pour se nourrir. En effet, une des façons de localiser les cellules cancéreuses est d’identifier les cellules du corps qui consomment du sucre abondamment [12].

Cependant, il faut savoir que les cellules normales du corps consomment aussi du sucre afin de bien fonctionner [13]. Donc, si vous éliminez complètement le sucre de votre alimentation, vous allez aussi nuire à vos cellules saines. De plus, si vos cellules n’ont pas accès au sucre comme source d’énergie, elles se tourneront vers vos cellules adipeuses et musculaires. Vous perdrez donc de la masse musculaire, un effet non désiré si vous luttez contre le cancer [13].

Bien que la molécule de sucre soit la même d’un aliment à un autre, il vaut mieux privilégier les sources naturelles de sucre, comme les fruits, les grains et les légumes féculents, car ceux-ci fournissent aussi des vitamines, minéraux et fibres.

Le soja

Certains disent qu’il vaut mieux éviter le soja, surtout si vous souffrez d’un cancer du sein, car il contient des phytoœstrogènes, une version naturelle de l’hormone estrogène produite dans le corps. Comme certains types de cancer du sein peuvent être aggravés par une forte concentration d’estrogène, la crainte est que la consommation de phytoœstrogènes favorise le développement et la croissance du cancer.

Il y a en effet des études qui démontrent que les phytoœstrogènes favorisent le développement des cellules cancéreuses. Cependant, ces études ont été faites sur des modèles cellulaires et des animaux de laboratoire. À ce jour, rien ne porte à croire que ces résultats soient transposables aux humains [14].

En d’autres termes, il n’y a pas de preuve convaincante que la consommation modérée de soja soit dangereuse pour celles qui sont en rémission ou bien qui ont survécu au cancer du sein [15]. Au contraire, une revue de la littérature scientifique parue en 2014 suggère que le soja a un effet protecteur contre le cancer du sein [14].

Comment accélérer la guérison avec l'alimentation?

Démystifier certains mythes concernant la nutrition et le cancer

Il y a une tonne d’informations sur internet concernant le rôle des aliments dans la lutte contre le cancer. Il y en a tellement qu’il est parfois difficile de départager le vrai du faux. C’est pourquoi nous avons décidé d’adresser les mythes les plus populaires :

Mythe #1 : Les aliments génétiquement modifiés causent le cancer

Les aliments génétiquement modifiés (AGM) sont des aliments dont le code génétique a été changé afin de leur donner certaines qualités. Par exemple, on peut modifier les gènes d’une plante afin de la rendre plus résistante aux insectes.

Certains disent que les AGMs ne sont pas naturels et donc causent des conséquences néfastes pour la santé. Cependant, les études n’ont jamais établi de lien entre la consommation d’AGMs et le développement du cancer [16, 17]. Les nutriments que vous obtenez de ces aliments vous offrent les mêmes bénéfices que s’ils provenaient d’aliments biologiques et non modifiés [17].

Mythe #2 : Un régime cru prévient et traite le cancer

Les adeptes du régime cru disent qu’il ne faut pas chauffer la nourriture, car le processus de cuisson diminue la valeur nutritionnelle des aliments. Selon ce principe, il vaut mieux manger les aliments crus afin d’en retirer un maximum de bénéfices. Certains vont jusqu’à dire qu’un régime 100% cru traite le cancer.

En fait, rien ne démontre actuellement qu’un régime strictement cru prévient le cancer plus qu’une alimentation équilibrée [18, 19]. Et il est certain que cette diète ne peut pas guérir le cancer. Il ne faut jamais substituer ses traitements pour un changement d’alimentation car ceci pourrait avoir des conséquences dramatiques sur votre état de santé.

Petite précision : bien qu’il soit vrai que la cuisson cause une petite perte de nutriments, les avantages en valent la peine. En effet, cuire les aliments tue les bactéries qui causent les empoisonnements alimentaires, une condition qui pourrait être dangereuse si vous souffrez du cancer [19].

Mythe #3 : Les détox alimentaires réduisent le risque de cancer

Les détox alimentaires sont supposées débarrasser votre corps des déchets et des toxines. Cependant, il n’est pas nécessaire de suivre un régime particulier afin de détoxifier votre corps. En effet, votre foie et vos reins purifient votre sang à tous les jours et n’ont pas besoin de diète miracle afin de mieux fonctionner [20].

Les détox alimentaires n’ont pas d’effet sur votre foie et vos reins et ne contribuent pas à purifier votre corps ou à réduire votre risque de cancer [19]. Même que les détox peuvent être très restrictives et vous priver de certains nutriments dont votre corps a besoin afin de prévenir et lutter contre le cancer [19, 20].

N’oubliez pas !

Un apport adéquat et varié en calories, macronutriments et micronutriments est à la base d’une alimentation saine. Certains aliments sont à privilégier comme les protéines animales, les sources d’acides gras essentiels et les fruits et légumes, afin de mieux lutter contre le cancer. En cas de difficulté à maintenir une alimentation équilibrée, il faut consulter un spécialiste de la nutrition afin de mieux guider vos choix alimentaires. Ce spécialiste vous permettra aussi de faire le point sur certains mythes alimentaires et de vous informer sur le rôle des aliments comme le soja dans la lutte contre le cancer.

Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez consulter ces sites afin d’avoir des exemples de recettes qui supportent votre lutte contre le cancer:

Trusted Health Partners est une startup sociale et high-tech dédiée aux personnes atteintes de cancer et de maladies chroniques graves et à leurs aidants.

Nous proposons un abonnement à une application sécurisée sur laquelle vous pouvez interagir avec des chatbots spécialisés qui, à terme, seront en mesure d’identifier de manière très détaillée vos problèmes et vos préférences tout au long de votre maladie, sur les plans physique, psychologique, social et financier.

L’équipe du THP, nos partenaires – associations de patients et mutuelles de santé – ainsi qu’un vaste réseau de professionnels tels que des travailleurs sociaux, des professionnels de la santé ou des spécialistes des soins complémentaires apportent tous leurs connaissances et leurs outils à notre base de données de ressources.

Ces ressources ne sont qu’une fraction de ce qui est disponible dans notre application. Testez-la ici gratuitement.

Bibliographie

  1. NACRe : Prévenir la dénutrition au cours du cancer et son traitement. 5 avril 2016 [En ligne] (25/05/2022) 
  2. Société canadienne du cancer : Bien manger. [En ligne] (25/05/2022) 
  3. Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme : Cancer et dénutrition. [En ligne] (25/05/2022) 
  4. (en anglais) National Agricultural Library : How many calories are in one gram of fat, carbohydrate, or protein? [En ligne] (04/06/2022)
  5. Société canadienne du cancer: cellule tueuse naturelle. [En ligne] (04/06/2022) 
  6. (en anglais) Griffin, M: The facts on omega-3 fatty acids. 14 juin 2021 [En ligne] (25/05/2022)
  7. (en anglais) Harvard T.H. Chan: Omega-3 fatty acids: an essential contribution. [En ligne] (25/05/2022) 
  8. Passeport Santé : Oméga-6 : à prendre ou ç laisser? Février 2014 [En ligne] (25/05/2022) 
  9. Société canadienne du cancer : Quelques éléments de réflexion pour mieux manger. [En ligne] (25/05/2022)
  10. Santé magazine: Des oméga-3 et d’autres lipides pour mieux soigner le cancer? 3 octobre 2017 [En ligne] 25/05/2022 
  11. Fondation contre le cancer: Oméga-3 ou acides gras de poisson EPA/DHA. [En ligne] (25/05/2022) 
  12. Baribeau, H: Le cancer se nourrit de sucre. Le saviez vous? Février 2008 [En ligne] (25/05/2022) 
  13. Fitzgerald, E : Le sucre alimente-t-il le cancer? 25 février 2016 [En ligne] (25/05/2022) 
  14. Crépeau, C : Le soya augmente le risque de cancer du sein? Faux. 24 juillet 2019 [En ligne] (04/06/2022) 
  15. Société canadienne du cancer: Bien manger après un cancer du sein. [En ligne] (25/05/2022) 
  16. (en anglais) Cancer Research UK: Do genetically modified (GM) foods cause cancer? 9 février 2022 [En ligne] (04/06/2022)
  17. (en anglais) Farber, D: Is there evidence that GMOs can cause cancer? 11 septembre 2019 [En ligne] (25/05/2022) 
  18. (en anglais) Breastcancer.org: Raw food diet. 1er février 2022 [En ligne] (04/06/2022) 
  19. (en anglais) Juravinski Cancer Center : Nutrition myths about cancer. [En ligne] (25/05/2022) 
  20. (en anglais) Zelman, K.M.: The truth about detox diets. 23 février 2022 [En ligne] (04/06/2022).